>À la une

France 11 / 04 / 2018

« Syndicalisme moderne ? »

« Je suis convaincu que les liens les plus indestructibles entre la nation française et le catholicisme se sont forgés dans ces moments où est vérifiée la valeur réelle des hommes et des femmes. Il n’est pas besoin de remonter aux bâtisseurs de cathédrales et à Jeanne d’Arc : l’histoire récente nous offre mille exemples, depuis l’Union Sacrée de 1914 jusqu’aux résistants de 40, des Justes aux refondateurs de la République, des Pères de l’Europe aux inventeurs du syndicalisme moderne … »

C’est par ses fortes paroles que le Président de la république, hôte de la Conférence des évêques de France a débuté son propos lundi 9 avril devant 400 invités dont le ministre de l’intérieur et de nombreux parlementaires.

C’est le collège des Bernardins qui accueillait Saint Emmanuel. La section sociale du Collège est à l’origine, avec le patron paternaliste de Michelin*, Jean Dominique Senard et l’inévitable présidente du siècle, Nicole Notat, ex SG de la CFDT – le syndicalisme moderne – d’un rapport visant, en application des encycliques sociales, à bannir la lutte des classes de l’entreprise refondée et à faire accepter les vertus d’un curieux « capitalisme européen ».

Voir l’article du 11-03-2018 

Une tâche ambitieuse alors que les grèves et manifestations tendent à se généraliser.

Les références du Président.

Ceux qui ne sont ni aveugles ni naïfs ne seront pas surpris de retrouver dans le discours présidentiel, les références à Ricoeur et Mounier.

Mounier fut l’inspirateur, jusqu’en 1942 de l’école de formation des cadres de Vichy – Uriage – avant de muter, miraculeusement à « gauche » après la libération.

Ricoeur écrivait en 1940 dans la revue ultra pétainiste, « l’unité française » dont il est encore possible de se procurer quelques exemplaires. Après-guerre, il se réfugie dans le doux giron des personnalistes catholiques de Mounier. Un homme avisé …

Un troisième Larron, cité deux fois par notre président (comme Mounier et Ricoeur) vient compléter le tableau.

Il s’agit du père Henri de Lubac. Le saint homme fut lui aussi « formateur » à Uriage. Il y donnait des conférences sur Proudhon et son œuvre.

A la Libération, il devient une icône, à « gauche ».

Mounier, Ricoeur, de Lubac. Le président affiche ses préférences, très ostensiblement devant les évêques à qui il demande de s’investir toujours plus dans la vie politique.

C’est la plus noire réaction qui s’affirme sans la moindre retenue.

L’ordre corporatiste ne peut s’établir sans la collaboration active de l’Eglise catholique et de ses « syndicats modernes ».

Mais qui donc pourrait en être surpris ?

*Michelin a constitué sa fortune sur la base de l’exploitation éhontée de dizaines de milliers « d’indochinois » depuis le milieu des années vingt, jusqu’à l’indépendance du Vietnam.

La sur exploitation continue, sous d’autres formes, en Inde, au Nigéria etc. Nous y reviendrons.

Un capitalisme « éthique » cher à Nicole Notat …

J M 10-04-2018.

chaud ! chaud ! chaud !

Processus d'actions et nouvelle grève le 22 mai prochain

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Avr 2018 >>
lmmjvsd
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6