>À la une

économie 30 / 05 / 2018

Les plus vulnérables dans le collimateur de Bercy

Un document de la direction du budget, révélé par Le Monde, propose des coupes dans les prestations sociales. Inacceptable pour Force Ouvrière, qui dénonce une politique inégalitaire.

L’austérité à tout prix ?

Les aides sociales constituent « un poids croissant » pour les finances publiques, de l’ordre de 26 % des dépenses, et il conviendrait de les revoir à la baisse : c’est ce que préconise une note interne de la direction du budget, intitulée Transformer les prestations sociales, et dévoilée par Le Monde le 18 mai.

110 milliards

C’est le montant en euros des aides publiques versées chaque année aux entreprises.

 

Parmi des dispositions draconiennes, Bercy envisage de ne plus indexer les minima sociaux, dont le minimum vieillesse, sur l’évolution des prix. La prise en compte du patrimoine dans le calcul de certaines allocations est à l’étude, notamment pour l’Allocation personnalisée pour l’autonomie (APA), destinée aux personnes âgées dépendantes. L’APA pourrait ainsi être reciblée sur les publics prioritaires (sic). Quant à l’Allocation adulte handicapé (AAH), il conviendrait de revoir périodiquement le stock de bénéficiaires, et d’inciter à la reprise d’activité. Bercy propose en outre de durcir les conditions d’accès aux APL (Aides personnalisées au logement) et aux bourses étudiantes accordées sur critères sociaux.

L’aide aux chômeurs en fin de droits ciblée

L’aide aux chômeurs en fin de droits est également ciblée, avec la refonte de l’Allocation de solidarité spécifique (ASS) et du RSA.

Le 20 mai, le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, a en effet estimé qu’à partir du moment où nous réussissons à créer des postes dans le secteur privé, […] il peut être légitime de réduire la politique sociale sur l’emploi.

Ballon d’essai ou couac gouvernemental ?

Gérald Darmanin et Agnès Buzyn, respectivement ministres des Comptes publics et de la Santé, ont assuré les jours suivants qu’il n’y aurait pas de remise en cause des aides sociales. Le gouvernement n’a toutefois pas dévoilé ses intentions en la matière. Réduire les dépenses publiques coûte que coûte reste son credo, y compris en s’attaquant aux droits des personnes les plus vulnérables ou les moins chanceuses, comme en atteste le projet de réduire les aides sociales, qui figure aussi au menu des travaux du groupe d’experts CAP 22. C’est une politique inégalitaire, avec une logique du chacun pour soi, a fustigé Pascal Pavageau. Le secrétaire général de FO a invité le gouvernement à se pencher sur les 110 milliards d’euros d’aides publiques versées chaque année aux entreprises. Et à en faire une évaluation. Car leur impact sur les créations d’emplois n’a jamais été chiffré.

chaud ! chaud ! chaud !

Intervention de Michel Le Roc'h au congrès confédéral

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Août 2018 >>
lmmjvsd
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2