>À la une

économie 23 / 08 / 2017

CHEF ! Un p’tit verre, on a soif

Un petit verre de château-Gattaz

LE patron des patrons, Pierre Gattaz, a décidé de devenir châtelain et viticulteur. A quelques mois de son probable départ de la présidence du Medef, le futur retraité et sa famille viennent de signer une promesse d’achat pour le château de Sannes, un magnifique domaine au cœur du Luberon.

Côté bâtiments : pas moins de 2 120 m2 habitables, abritant, notamment, six suites et une piscine chauffée.

Côté jardin : une seconde piscine — à ciel ouvert, celle-là – de 20 m de longueur, un pool house, un jardin à la française, une pièce d’eau et un vieux moulin à vent.

 Côté campagne, enfin : 73 ha de terres agricoles, dont 35 ha de vignes classées en grande partie en AOC Luberon. Le patron prend de la bouteille « La vigne a un bon potentiel, souligne un professionnel du cru, et les Gattaz souhaitent créer une “cave particulière” pour faire leur propre vin. »

Le futur vigneron ne compte pas s’arrêter là : il envisage aussi d’utiliser une partie des terres pour se lancer dans la production d’amandes et d’huile d’olive. Rien de tel qu’une première pression sociale à froid pour fluidifier les rapports entre patronat et syndicats…

« Pierre Gattaz souhaite faire de l’agriculture bio et organiser des manifestations culturelles internationales dans la partie château, résume l’un de ses proches. Il s’agit d’un projet entrepreneurial, il compte bien ne pas y perdre d’argent. ». Comme si c’était son genre !

Ce domaine avait été mis en vente il y a quelques années sur le marché international pour 30 millions d’euros. Mais, les prix ayant fortement chuté, la holding de la famille Gattaz a fini par signer pour environ 11 millions d’euros. C’est donné. Et c’est du meilleur effet, en pleines négociations sur la réforme du Code du travail, où le Medef appelle les partenaires sociaux au sacrifice…

La richesse de la famille provient de l’entreprise Radiall (équipements électroniques), fondée par le père et un oncle de Pierre Gattaz. Le prix d’achat du château de Sannes ne représente que 3,5 % de la fortune du clan, estimée à 310 millions d’euros et classée au 274e rang français par le magazine « Challenges » (juillet).

 A la bonne leur !

source:  H. L.  Le Canard Enchaine – mercredi 23 août 2017

chaud ! chaud ! chaud !

Un professionnel pour un résident, GREVE LE 30 JANVIER

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Jan 2018 >>
lmmjvsd
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4