>À la une

Monde 11 / 04 / 2018

Allemagne : après les métallos, les fonctionnaires revendiquent 6% d’augmentation

Le 22 mars 2018, les fonctionnaires allemands en grève revendiquaient 6% d’augmentation des salaires. Photo : /ZUMA Press/ZUMA/REA

 

Plusieurs syndicats de la fonction publique allemande ont appelé à des grèves d’avertissement pour peser sur les négociations salariales en cours. Ils revendiquent une augmentation des salaires de 6% pour les 2,3 millions de contractuels employés par l’État fédéral et les communes et veulent que cette augmentation se traduise par au moins 200 euros de plus par mois par personne.

Après IG Metall, le syndicat de la métallurgie allemande, c’est au tour des syndicats du secteur public de « partager la croissance » qui a atteint 2,2% en 2017 et devrait grimper jusqu’à 2,8% en 2018 selon les dernières prévisions.

Ils revendiquent une augmentation des salaires de 6% qui se traduise par au moins 200 euros de plus par mois pour tous.

L’économie est en expansion et les recettes fiscales de l’État et des communes n’ont jamais été aussi élevées […] S’il n’y a pas maintenant de progrès pour les salariés, y compris dans le public, quand y en aura- t-il ? Nous sommes décidés à y arriver a déclaré Franck Bsirske, président du principal syndicat de la Fonction Publique, Ver.di, qui compte augmenter la pression avant la dernière des trois séries de négociations salariales du secteur, prévue les 15 et 16 avril.

Le principal syndicat, Verdi, annonce des grèves massives dans toutes les régions

Aéroports, transports urbains, crèches, ramassage des ordures, hôpitaux… Les débrayages ont déjà concerné ces secteurs dans plusieurs villes et régions du pays, dont Berlin, la Bavière et la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Entre les 10 et 13 avril, il faut s’attendre à des grèves massives dans toutes les régions, a annoncé Ver.di.

Début février, le syndicat de la métallurgie allemande, IG Metall a obtenu 4,3% de hausse à partir du 1er avril pour les près de 4 millions de salariés de la branche. IG Metall revendiquait aussi 6% face à un patronat qui a refusé pendant plusieurs semaines d’aller au-delà de 2% d’augmentation. Cet accord concerne les 27 prochains mois et prévoit aussi pour 2019 une prime annuelle de 400 euros et une deuxième augmentation équivalente à 27,% des congés payés mensuels.

Le ministre de l’intérieur prévient : l’État et les communes doivent encore réduire leur endettement

Les négociations dans la métallurgie ont été ponctuées de grèves massivement suivies allant, fait sans précédent, jusqu’à 24 heures dans près de 300 entreprises, soit bien au-delà des traditionnels débrayages d’avertissement. L’accord dans la métallurgie prévoit aussi que les salariés puissent diminuer leur temps de travail mais sans compensation financière.

Les négociations dans la fonction publique sont tout aussi ardues. Malgré les bonnes conditions économiques, l’État fédéral et les communes doivent encore réduire leur endettement, a notamment déclaré le ministre de l’Intérieur qui négocie au nom de l’État.

chaud ! chaud ! chaud !

Processus d'actions et nouvelle grève le 22 mai prochain

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Avr 2018 >>
lmmjvsd
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6