>À la une

Communiqués 16 / 07 / 2020

Communiqué de presse

La Commission Administrative de l’Union des Syndicats de la Métallurgie FO de Loire Atlantique (USM44) s’est réunie en présence des 7 Syndicats des Métaux du département (Ancenis, Basse-Indre, Bouguenais – St Aignan, Chateaubriant, Machecoul, Nantes et St-Nazaire).

Cette réunion a été entièrement consacrée aux diverses conséquences de la crise sanitaire COVID-19 pour les salariés de la Métallurgie du 44.

Les syndicalistes FO ont d’abord exprimé leur vive opposition à la limitation des libertés dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, notamment celle de manifester, et ils ont largement discuté des multiples attaques dès le mois de mars contre le code du travail et les droits des salariés, suite aux décrets pris par le Gouvernement, en particulier la possibilité pour les employeurs :


• de déroger à la durée légale du travail (60h/semaine), au repos quotidien et au repos dominical ;

• d’imposer aux salariés jusqu’à 10 jours de congés (RTT ou CET) ;

• d’imposer aux salariés un chômage partiel indemnisé à 84% du salaire net ;

• de réduire considérablement les délais de consultation des CSE.


Par ailleurs, l’ampleur des premières annonces de suppressions d’emplois dans le département, que ce soit chez DAHER (336), AIRBUS (870) ou STELIA (201), est une véritable onde de choc pour tous les métallos sans compter toute la sous-traitance impactée et les intérimaires qui ne sont plus en mission dans les entreprises. Elle augure d’une véritable coupe drastique dans l’industrie, notamment dans la filière aéronautique et par effet domino dans nos bassins d’emploi du 44.

Pour la CA de l’USM FO 44, ces suppressions de postes ne sont pas acceptables et ne protègent que les intérêts financiers à court terme, d’une part, parce qu’il n’y a pas d’annulations de commandes par les compagnies aériennes, juste des reports de livraison ; d’autre part, parce que le Gouvernement est au chevet des entreprises et dépense « quoi qu’il en coûte » (sic) pour les sauver (8 milliards pour la filière automobile, 15 milliards pour l’aéronautique …).

Pour l’USM FO 44, c’est totalement inacceptable !

Il existe des solutions pour empêcher tous ces licenciements, en premier lieu la mise en place de l’Activité Partielle de Longue Durée (APLD) indemnisée à 100% pour maintenir les emplois ainsi que les départs anticipés à la retraite. L’activation d’un plan massif de formations qualifiantes est également souhaitable.

Par contre, les Accords de Performance Collective qui conduisent à un chantage au « maintien de l’emploi » en échange de baisses de salaires et/ou d’augmentations du temps de travail, qui s’imposent aux salariés et modifient le contrat de travail, ne sont pas acceptables.

Dans ce contexte, la CA de l’USM FO 44 revendique le maintien de tous les emplois et de tous les sites de production en Loire Atlantique et affirme sa position « Aucun licenciement, uniquement des départs négociés ».
L’avenir industriel du département est un enjeu primordial socialement et économiquement, il est incompatible avec la destruction des emplois, des savoir- faire et des outils de production.

Nos syndicats et sections syndicales dans les entreprises sont mobilisés pour agir dans ce sens à travers la négociation, la pratique contractuelle et l’action syndicale avec en fond d’écran la défense en toute indépendance des intérêts particuliers des salariés. C’est pourquoi L’USM FO 44 va solliciter une demande d’entrevue auprès de la Chambre Patronale (UI44) pour évoquer tous ces sujets d’une importance majeure.

Nantes, le 10 juillet 2020

Texte version pdf

chaud ! chaud ! chaud !

leurs revendications concernent la réforme des retraites: Appel à la grève dès le 5 décembre

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Oct 2021 >>
lmmjvsd
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31