>À la une

Loire Atlantique 20 / 10 / 2021

10-ème congrès de l’UDR FO à Saint-Nazaire le 19 octobre 2021

Union Départementale des Retraités Cgt-FO 44

Xème Congrès

Saint Nazaire – Mardi 19 octobre 2021

RESOLUTION

Stopper la perte continue du pouvoir d’achat des retraités !

 Alors que le gouvernement en campagne électorale, affirme sans vergogne que le pouvoir d’achat « a progressé deux fois plus vite entre 2017 et 2022 que sous les deux quinquennats précédents », le Congrès constate au contraire la diminution continue du pouvoir d’achat des retraités dans la même période.

Le Congrès rappelle qu’en septembre 2020, une personne âgée de 70 ans et plus sur deux déclarait avoir des difficultés financières et que la France, 6ème puissance économique, comptait déjà en 2019 plus d’1 million de retraités pauvres.

Qui plus est depuis le début de l’année les prix explosent, que ce soit ceux de l’énergie (gaz, électricité, carburants), des produits alimentaires et des complémentaires santé.

L’écart continue ainsi de se creuser entre les faibles revalorisations des pensions et l’augmentation des prix. De janvier 2013 à décembre 2020 le manque à gagner cumulé, calculé par l’UCR est de 1791,31 € pour une pension de base brute de 1000 € et 2695,97 € pour une pension brute de 1500 €.

Pour 2021, la revalorisation générale a été limitée à 0,4 % alors que la hausse des prix dépassera probablement 2 % en fin d’année. Il faut y ajouter une revalorisation des retraites complémentaires AGIRC/ARRCO au 1er novembre limitée à 1 %, soit 0,5 % en dessous de l’indice des prix, du fait d’une collusion, minoritaire, MEDEF/CFDT/CFTC.

Le Congrès réaffirme ses revendications urgentes et essentielles pour stopper l’appauvrissement des retraités, revendications au cœur des mobilisations des 1er et 5 octobre dernier :

       L’augmentation générale et immédiate des pensions et leur indexation sur l’évolution du salaire moyen

       Pas de retraite inférieure au SMIC pour une carrière complète

       L’augmentation minimum des pensions de 1 % par an en application du Code de la sécurité sociale

Le Congrès rappelle l’actualité des autres revendications de l’UCR :

– La suppression de la hausse de 25 % de la CSG de janvier 2018.

– Le maintien et l’amélioration des pensions de réversion : le relèvement du taux de la pension de réversion et la suppression des conditions de ressources dans le régime général.

– Le rétablissement de la demi part supplémentaire pour les parents isolés, veufs ou veuves ayant élevé seuls leurs enfants.

– La suppression :

– de la fiscalisation des majorations de pensions accordées aux retraités qui ont élevé trois enfants ou plus.

– de la Contribution additionnelle de solidarité (CASA) de 0,3%

– du plafonnement de l’abattement fiscal de 10% qui contribue à pénaliser le niveau de vie de tous les retraités imposables.

 Situation sanitaire et défense de l’hôpital public.

 Alors que l’épidémie du virus Covid 19 sévit depuis deux ans, le X -ème Congrès de l’UDR FO 44 entend rappeler :

1°)     Les très fortes et longues mobilisations des personnels hospitaliers, soutenue par l’UCR, contre les suppressions de lits et pour des embauches, les mois – voire les années – qui ont précédées le début de l’épidémie et qui se sont heurtées aux politiques de réduction des dépenses publiques des gouvernements successifs, obéissant aux directives économiques européennes.

La Cour des comptes dans son rapport du 18 mars dernier note la disparition de 21.020 lits entre 2013 et 2019 … portant le total en 20 ans à 100.000 suppressions. Elle précise que le taux d’équipement en lits de réanimation est passé de 44 pour 100.000 habitants de plus de 65 ans en 2013 à 37 en 2019.

 2°)     La poursuite par le gouvernement actuel de Mr Macron – en pleine épidémie ! – des fermetures de lits et d’hôpitaux.   

C’est ainsi qu’énumérant la longue liste des fermetures en cours, le Syndicat national des médecins hospitaliers FO note que « Depuis mars 2020, les possibilités d’hospitalisations en réanimation et soins critiques en Ile-de-France ont diminuées » et que « Le ministre Véran prétend donner aux médecins les moyens de soigner. Dans les faits : il continue de détruire l’hôpital ».

Le Congrès s’indigne de cette paupérisation continue et assumée de l’hôpital public, qui l’a mis dans l’impossibilité d’absorber 5 000 réanimations pour 67,4 millions d’habitants, conduisant des médecins, dans certains cas, à choisir les malades à sauver. Les seules réponses et décisions du gouvernement ont résidé dans les restrictions de déplacement, les fermetures de commerces, des restaurants, des cinémas, des universités, le télétravail … aggravant la précarité tout en détériorant la santé des plus fragiles.

Le Congrès soutien la mobilisation des personnels soignants et de la Fédération des services publics et de santé FO pour arracher la satisfaction des revendications en faveur de l’hôpital public, seules à même de lui donner les moyens de soigner, à commencer par l’arrêt immédiat des fermetures de lits, de postes et de services dans les structures hospitalières.

Le Congrès soutien les « revendications d’urgence » du Syndicat National des Médecins Hospitaliers FO et notamment :

– La levée immédiate des 3 000 suspensions consécutives à la loi du 5 août.

– Le maintien et le renforcement des SAMU en lieu et place du plan de fermeture annoncé.

– La formation de 20 000 infirmiers parmi les 250 000 aides-soignants dont 3000 infirmiers pour les blocs opératoires

– Un plan de recrutement d’au moins 40 000 aides-soignants.

– La levée effective du numerus clausus des études de médecine

Compte tenu de l’incurie patente du gouvernement, le Congrès estime que si le syndicalisme n’a pas de légitimité à participer au débat médical, il est de ses prérogatives de prendre parti vis-à-vis de décisions prises au nom de la santé publique. 

C’est ainsi que le Congrès s’oppose à toutes restrictions des droits démocratiques et syndicaux au nom de « l’état d’urgence sanitaire », comme des libertés de circulation, de réunion, de rassemblement et de manifestation.

Il condamne les sanctions prises à l’encontre de 15 000 agents hospitaliers et médico-sociaux ne disposant pas du passe sanitaire imposé, suspendus sans salaire, tout comme les menaces du ministre de la santé à l’encontre de leur droit de grève.

Le Congrès s’insurge contre la prolongation de l’état d’urgence sanitaire de plusieurs mois, imposant le passe sanitaire jusqu’à l’été 2022 et en demande son abandon définitif.

Défense de la Sécurité sociale.

Perte d’autonomie – Complémentaires Santé

Avec la Confédération, le Congrès poursuit le combat contre toute remise en cause des principes de la Sécurité sociale fondée sur le salaire différé et la solidarité intergénérationnelle et contre son étatisation.

Le Congrès réaffirme la nécessité de la prise en charge des retraités en perte d’autonomie à 100 % par la branche maladie de la Sécurité Sociale, financée par le salaire différé.

Le Congrès s’opposera à toutes autres décisions de financement pénalisant à nouveau le pouvoir d’achat des retraités, comme une nouvelle augmentation de la CSG retraités, la réduction de déductions fiscales, la prise en compte du patrimoine etc

 Le Congrès dénonce l’aggravation des déremboursements de médicaments et les incitations consécutives à des cotisations supplémentaires pour des « complémentaires santé », source d’une inégalité scandaleuse devant la maladie.

Le Congrès se félicite de l’accord conclu avec la MGEN, permettant de faire bénéficier aux syndiqués d’un contrat de groupe à un prix intéressant au regard des prestations.

 Pour autant, avec l’UCR, le Congrès estime indispensable que les retraités puissent bénéficier d’une déduction fiscale ou d’un crédit d’impôt équivalant au montant des cotisations à leur couverture complémentaire santé.

Défense des services publics, contre la fracture numérique.

Le Congrès s’alarme de la rapide dégradation des services publics – fermetures d’hôpitaux, de bureaux de poste, de gares, d’écoles … de la « dématérialisation » généralisée et discriminatoire, comme de la pénurie de médecins, de places en EHPAD, en unités de soins de longues durées, d’aides à domicile …

Le Congrès appelle ses structures et ses syndiqués à poursuivre et développer le soutien aux mobilisations des salariés de la fonction publique avec leurs Fédérations FO.

Répondant à l’appel du Comité Exécutif de l’UCR, le Congrès engage ses militants à faire remonter les témoignages des difficultés liées à la dématérialisation accélérée des démarches administratives (sur Nantes métropole 47 % des 75 / 84 ans et 68 % des plus de 85 ans n’utilisent pourtant pas internet) 

Défense des droits et des libertés

Le Congrès s’inquiète de l’adoption d’une succession de textes liberticides : la loi du 23 mars 2020 sur l’état d’urgence sanitaire, le schéma national du maintien de l’ordre – qui valide la stratégie policière du conflit et porte atteinte à la liberté de la presse  -, la loi sur la sécurité globale du 25 mai 2021, la loi dite « confortant le respect des principes de la Républiquequi s’en prend à la liberté d’association, – la loi du 5 aout 2021 sur la gestion de la crise sanitaire, ainsi que les trois décrets du 2 décembre dernier autorisant le fichage généralisé des personnes en fonction de leurs opinions mais également de leur appartenance syndicale.

Avec l’UD FO 44, le Congrès de l’UDR appelle à poursuivre la mobilisation pour le retrait des textes liberticides.

Seule la mobilisation permettra la satisfaction des revendications

Sourd à la colère des salariés, le gouvernement entend assurer le « remboursement de la dette covid », par une forte réduction des dépenses publiques et « la poursuite de ses réformes » (retraites, assurance chômage etc.).

Dans ces conditions, dans la continuité des mobilisations d’octobre et comme étape d’une mobilisation d’ensemble interprofessionnelle des salariés, le Congrès s’engage avec l’UCR, dans la préparation et la réussite de la manifestation nationale des retraités à Paris le 2 décembre à l’appel du « groupe des 9 », pour :

   L’augmentation immédiate des retraites et indexation sur l’évolution des salaires

   La défense des services publics en particulier de notre système de santé

   Le retrait définitif du projet de réforme des retraites

   La défense de la sécurité sociale basée sur le salaire différé et la solidarité intergénérationnelle

   La défense de nos libertés individuelles et collectives.

Le gouvernement a déjà dû reculer sur l’augmentation de la CSG des retraités (partiellement) et sur son projet de « régime universel de retraite par points ».

Face à notre mobilisation résolue, il peut reculer à nouveau.

Le Congrès de l’UDR FO 44 appelle plus que jamais au renforcement de la syndicalisation des retraités au sein de ses associations et sections fédérales et à la tenue régulière des réunions d’instances et d’information des syndiqués.

Adoptée à l’unanimité

Téléchargez l’image

chaud ! chaud ! chaud !

leurs revendications concernent la réforme des retraites: Appel à la grève dès le 5 décembre

>Suite

Calendrier de l’UD : cliquez sur les jours

<< Déc 2021 >>
lmmjvsd
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2